Mieux comprendre pour mieux choisir

Le marché des assurances pullule. Les offres se succèdent et ne se ressemblent pas. Lorsque l’on fait l’acquisition d’une nouvelle voiture, il est souvent difficile de choisir dans quelle compagnie il va falloir contracter sa police d’assurance. Afin d’en savoir plus, nous avons écumé les principales agences d’assurance. La Peugeot 206 Xdesign a été prise pour modèle.

La première agence consultée est la CAAT. Au niveau de cette compagnie du secteur public, il est proposé trois formules distinctes pour une durée d’une année. La plus conseillée des formules pour les voitures neuves est celle dite tous risques. Cette dernière coûte 44 000 dinars chez la CATT et couvre tous les sinistres possibles, y compris les cas de vol ou d’incendie. L’autre solution suggérée est la formule dommages et collision avec valeur vénale. Elle comprend tous les cas des petites d’infortunes, bris de glace inclus. En cas de sinistre, il est octroyé une avance de 10 000 dinars. Si l’évaluation de l’expertise prévoit un remboursement supérieur à la somme avancée et si le constant confirme que l’on n’est pas fautif de l’accident, le complément est remboursé après que l’agence adversaire ait payé son dû. La dernière formule de la CAAT est plutôt basique. Elle coûte 3 000 dinars. Elle permet juste de disposer d’une police d’assurance afin de se mettre en conformité avec la loi de la circulation des véhicules. En cas de dommage et si l’on se retrouve fautif, il n’y a aucun remboursement en perspective. Par contre, si l’on est victime, l’on peut prétendre à un remboursement à condition que l’agence adverse « daigne » honorer ses dettes. La Société algérienne d’assurances, plus connu sous le sigle de la SAA, reste la plus importante du marché. Cette compagnie propose l’offre tous risques pour la bagatelle de 56 000 dinars. Il est inutile de rappeler que cette police couvre jusqu’à 100 % des dommages possibles et se passe même de la partie adverse pour l’enclenchement du remboursement. Dans un palier inférieur mais avec un aspect de couverture tout aussi important vient la formule dite dommage et collision avec valeur vénale. Cette assurance coûte pour le modèle de référence 37.950 DA TTC. Cette assurance est la sœur jumelle du tout risque à une exception près. En effet, cette assurance couvre à 100% tous les sinistres, mais pour bénéficier des remboursements, il faut absolument présenter un dossier qui détermine un adversaire. L’autre déclinaison est la formule baptisée dommage et collision + vols et incendies. Pour une année de protection, il est nécessaire de débourser 20 850 DA. Cette solution qui couvre les bris de glaces et rembourse la valeur de la voiture en cas de vol ou d’incendie plafonne les remboursements ordinaires à 30 000 DA. Pour ceux qui recherchent la solution basique, il est proposé une formule qui coûte 5 800 dinars l’an, mais les possibilités de dédommagement sont réduites. Il est à noter que la SAA offre 25 % de réduction pour les employés de la fonction publique. Chez Baraka assurances (droit privé), c’est tout une autre approche qui est employée. Si l’assurance tous risques revient à 42 000 dinars, la formule dommages et collision avec valeur vénale coûte, quant à elle, 32 000 dinars. Comme pour celle de la SAA, cette solution prend en charge tous les sinistres mais reste conditionnée par la présentation d’un tiers payant. Le reste des offres se décline en paliers plafonnés. Le premier culmine à 20 000 dinars. Cela comprend les dommages classiques avec en option la prise en charge du cas de vol et celui de l’incendie. Cette offre revient à 17 000 dinars. La même est revue à 9 400 DA mais dans ce cas précis le vol et l’incendie ne sont pas pris en charge. Le palier qui vient juste après est celui dont le maximum des remboursements ordinaires ne dépasse pas les 10 000 dinars. Il n’en demeure pas moins que celui-ci prend en compte le dédommage des vols et des incendies. Cette formule passe à 6 900 dinars lorsqu’elle se soulage du vol et de l’incendie. Il existe également une autre solution au plafond de 10 000. Elle coûte 5 730 par an mais ne prend pas en charge les bris de glace. La formule qui reste chez la Baraka est une solution d’entrée de gamme. Elle n’ouvre le droit qu’à la circulation et ses remboursements se font très lourds à condition que l’on soit victimes seulement. Chez GAM l’on pratique une assurance automobile plutôt similaire à la précédente. L’assurance en tous risques de la voiture citée en modèle revient à 45 000 dinars. Cette offre se décline à 37 000 pour le modèle dommages et collision avec valeur vénale. La formule dommages et collision avec vol et incendie est à 19 000 dinars. La formule de même nature mais qui ne prend pas en charge les cas incendie et de vol est pour sa part facturée à 14 000 dinars. La solution d’entrée de gamme reste de l’ordre de 3 000 dinars par an. En somme, il ressort que la politique commerciale diffère d’une compagnie à une autre. Quelle soit du secteur public ou privé, les unes comme les autres pèchent sur un aspect et se rattrapent sur un autre. Il convient aussi de souligner que la grille des tarifs de la SAA reste la plus onéreuse du marché. Mais cela s’explique peut-être par l’efficacité et le sérieux. Les chiffres placent la SAA en tête des compagnies d’assurance en terme de chiffres d’affaire mais également en matière d’implantation sur le territoire national.

Nabil M.

You may also like...

0 thoughts on “Mieux comprendre pour mieux choisir”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

  • BAIC se convertira à l’électrique en 2025
    Le constructeur automobile chinois BAIC Motor annonce son objectif à l’horizon 2025 l’arrêt de production et de vente des voiture essence et diesel, rapporte mardi le journal China Daily. Une annonce qui correspond à ...
  • Les batterie lithium-ion rapporterait 18,78M€ à Panasonic en 2022
    Toyota Motor et Panasonic ont annoncé mercredi envisager le développement conjoint de batteries pour des véhicules électriques (VE), un partenariat qui pourrait aider Panasonic à accroître son avance sur le marché des batteries lithium-ion. ...

PUBLICITE

NOS ARCHIVES