Volume inattendu d’un marché peu convoité

  • 42 038 transports de marchandise importés en 2005

    3 295 transports en commun importés en 2005

Constatant l’essor du marché de l’utilitaire qui n’est pas un simple fait de conjoncture, dans cette édition, nous vous livrons les chiffres 2005 que le Cnis a bien voulu nous détaillé et nous dissocie ainsi les importations des véhicules de tourisme de celles des utilitaires (VUL) transport de marchandise et des transport en commun (bus). 45333 utilitaires toutes marque sont introduits sur le marché algériens en 2005 sur un marché du neuf ( VN), pour la même période de 162 363 véhicules. A présent vous suivrez tous les mois l’évolution, sur la rubrique tendance, aussi bien, du marché tourisme que celle de l’utilitaire.

Le marché de l’utilitaire prend du volume. On avance ici et là des estimations. Pour certains concessionnaires, ce marché représente 30 % du total du véhicule neuf (VN). En ce début d’année, l’utilitaire est la nouvelle cible des concessionnaires. Il a fait objet de diverses campagnes de promos. Le Hilux a ouvert les appétits féroces sur le segment des pick-up, dont les parts se précisent par milliers et s’évaluent par une moyenne annuelle de 13 000 unités à se disputer encore en 2006. Le marché de l’utilitaire, comme celui du tourisme, est aussi segmenté. Il est certes que le pick-up est la partie visible de l’iceberg, mais, on y trouve aussi des ludospces, des camions plateau, inférieur ou égale à 3.5 t, des fourgons et récemment une nouvelle offre des Chionis encore plus segmentée tels les mini-van, mini-plateau, mini-container, etc. Sur le segment des pick-up, les Japonais ont la part belle, sur les cinq marques présentes : Isuzu, Mitsubishi, Nissan, Mazda et Toyota à côté des nouveaux parvenus chinois. Avec 12 000 Hilux vendus, Toyota a renforcé sa position de leader dans les utilitaires. Ce dernier occupe la position dominante même s’il est cerné par une nouvelle offre ambitieuse des Chinois. Sur le segment des ludospace, l’offre est exclusivement européenne. Entre Boxer et Partner, Peugeot a écoulé 1 976 unités en 2005, suivi de Renault avec 1 650 Kangoo. Iveco n’est pas en reste sur le segment, soit 1 052 Daily sont écoulés en 2005. L’état des statistiques détaillé fourni par le CNIS en exclusivité stratifiant ainsi le marché en cette rentrée 2006, confirme la recherche de la croissance sur ce segment de marché par certains concessionnaires. Comme dans le véhicule du tourisme, le contexte du marché de l’utilitaire est hautement concurrentiel. Toyota en plus du Hilux table sur le Delta Daihatsu et en importe 1322 en janvier, suivi d’Ultipa avec sa pléade de marques chinoises (Jac, Jmc, Harbin) et occupe la seconde position sur le même mois avec 874 unités. Ensuite arrive en troisième position Hyundai avec 610 unités qui, lui, dépasse Elsecom qui se redéploie avec d’autres marques, tel que Faw, mieux positionné en terme de prix qu’Isuzu qui a connu une surenchère Constatant l’essor du marché de l’utilitaire qui n’est pas un simple fait de conjoncture, dans cette édition, nous vous livrons les chiffres 2005 que le Cnis a bien voulu nous détaillé et nous dissocie ainsi les importations des véhicules de tourisme de celles des utilitaires (VUL) transport de marchandise et des transport en commun (bus). 45333 utilitaires toutes marque sont introduits sur le marché algériens en 2005 sur un marché du neuf ( VN), pour la même période de 162 363 véhicules. A présent vous suivrez tous les mois l’évolution, sur la rubrique tendance, aussi bien, du marché tourisme que celle de l’utilitaire. au niveau prix. Aen croire les propos de M. Achaïbou que nous avons rencontré en marge de la conférence de l’association, le marché pour lui reste celui du défi lié à la compétitivité économique et de ce fait au prix. Donc, l’alternative du produit chinois répond à une attente d’une clientèle qui n’est pas prête à dépenser plus. Il prend pour exemple les enchères des récentes promos pour vendre. “Nous avons un meilleur flux même quand la remise ne dépasse pas les 20 000 dinars, ce qui explique qu’il n’est pas évident de gagner cette somme par jour”, soutient-il. Les ristournes ont une limite, comme ceux qui disposent d’une étroite marge de manoeuvre, à l’exemple de certains produits européens qui restent moins compétitifs par rapport au produit issu de la délocalisation. Le marché du transport en commun suit aussi la tendance générale du marché. Au cours de l’année 2005, Toyota réalise le meilleure volume avec 1 055 bus importés et détrône ainsi Elsecom (716), qui, deux ans plutôt, selon les déclarations, sans chiffre à l’appuie, était leader sur le segment du transport en commun sur le marché de l’import. Hyundai arrive avec 482 bus écoulés. Mais la riposte de ce dernier ne s’est pas tardé à se faire si l’on se base sur les chiffres de janvier du CNIS. Celui-ci s’est repositionné aussi bien sur l’utilitaire et le transport de marchandise que sur celui du transport en commun. Sur ce dernier, il représente les premiers volumes avec 185 unités. Toyota ne lâche pas la liesse, il en importe 109 unités suivi tout juste derrière par Elsecom. Dans cette bataille qui se livre serrée entre les trois asiatiques, Peugeot, Fiat et Iveco semblent pouvoir sortir leur épingle du jeu. A chacun trois utilitaires ; pour le premier le Boxer, Expert et Partner, pour le second avec Fiat, il propose Fiorino et Doblo, et sur des volumes plus importants le Daily Iveco. Dans cette course, de nouveaux venus ne sont pas à négliger, les représentants des marques chinoisesqui arrivent au coude-à-coude et vont probablement survivre si le service suit leur offensive commerciale, à l’exemple d’El Charak ou de Youyi Yuejin et surtout de Foryota qui a réalisé des volumes non négligeables pour une première année d’existence, à savoir 1 035 pick-up.Le marché des utilitaires croit déjà par le simple fait de l’offre qui se fait de plus en plus importante. Voilà bien entendu qui ouvre la voie à une forte concurrence au vu aussi des chantiers en cours. Ne perdons pas de vue ce marché que nous gagnons à regarder de plus près au vu des volumes réalisés en 2005, à savoir 45 333 importations.

Karima Alilatene

Source CNIS

You may also like...

0 thoughts on “Volume inattendu d’un marché peu convoité”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

PUBLICITE

NOS ARCHIVES