Les dés sont déjà jetés

Mourad CHEBOUB  Ce Salon de l’automobile d’Alger, pour sa 13e édition, a été bien particulier. Il a entamé un changement de consommation : plus de crédit vehicules. Désormais, les concessionnaires doivent trouver d’autres méthodes de ventes afin de garder le rythme et se mettre au diapason de leurs clients et du pouvoir d’achat. Dommage, les nouvelles mesures du gouvernement sont tombées au moment où les professionnels de l’automobile ont mis les moyens pour atteindre ou du moins se rapprocher du standard européen par la qualité de leurs stands et aussi de les voir monter d’un cran en offrant de la puissance pour les petites voitures, la majorité a exposé des 150 chevaux dans ce segment.
On a l’impression que quelque chose se prépare pour les prochains mois, vu l’accélération et la précipitation de l’application de certaines mesures comme celle du transfert du débarquement des voitures au port d’Alger vers Djendjen, Mostaganem etArzew, qui a coincédé avec le premier jour du Salon. Côté concessionnaires, c’est tout simplement un sentiment d’impuissance face à cette conjoncture. La conférence de presse de l’AC2A, a été organisée la veille du coup d’envoi de cette manifestation, une manière de se démarquer de toute éventuelle inauguration officielle et protocolaire, l’esprit n’y est pas.Acela s’ajoutent quelques mésententes entre adhérents quant à pouvoir programmer les points de presse de chacun, la discipline a été absente et a laissé place à la confusion. Cette édition a presque été marquée par un concessionnaire qui affiche en cette année une réelle ambition de s’accaparer de la plus importante des parts de marché, très agressif en matière de marketing et de communication depuis janvier dernier. Il monte par ses ventes, multiplie les remises, lance à l’occasion et officiellement son produit leasing en lui consacrant un espace à lui tout seul sur l’esplanade de la Safex. Renault, puisque c’est de lui qu’il s’agit se montre rassurant et capable de s’adapter à tout changement de lois, les déclarations de son boss pour sa représentation enAlgérie sont, on ne peut plus claires, celles de celui qui maîtrise la situation sur un terrain qui ne lui est pas inconnu. Pour ceux qui veulent attendre de quoi sera fait demain, ils ne se rendent pas compte que les dés sont déjà jetés. La régulation du marché de l’occas a pointé son nez . Qui est déjà préparé et qui sera une fois encore surpris ? L’année 2010 pourra achever certains, car on vit en ce Salon même la décantation.
Les changements de lois ne viennent jamais par un pur hasard; ceux qui les réfléchissent ont la suite dans les idées, reste à savoir qui est dans les secrets de Dieu ?

M.C

You may also like...

0 thoughts on “Les dés sont déjà jetés”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

PUBLICITE

NOS ARCHIVES