Equip auto Paris du 13 au17 octobre 2015 : L’Algérie pays à l’honneur

equip auto 2015 algerie

L’Algérie s’emploie à développer la sous-traitance industrielle automobile tant en première monte pour les constructeurs Renault et Daimler, entre autres, qu’en seconde monte. Sur l’édition 2015, Equip auto Paris accueille l’Algérie comme pays d’honneur à sa journée inaugurale du Salon, à savoir le mardi 13 octobre.  Une journée co-organisé avec Algeria Business consulting, un cabinet de conseil en stratégie et intelligence marchés qui dispose de plus de 10 ans d’expériences sur le marché nord-africain. Sa filiale Algérie, le club d’affaires Algeria BC, un cercle des industries algéro-françaises, vise à renforcer le partenariat industriel entre la France et l’Algérie en inscrivant ses démarches autour de projets structurants issus du plan quinquennal 2015-2019 de l’Algérie qui donne la priorité aux secteurs productifs ; l’Algérie étant 2e plus gros marché automobile d’Afrique, a lancé la professionnalisation de son après-vente extrêmement diversifiée en âge et en marques (des françaises majoritaires aux asiatiques en passant par les allemandes). D’ou l’intérêt porté au marché par Paris. Un Séminaire sur l’Industrie automobile en Algérie parrainé par la FIEV (Fédération des Industries & Equipements Véhicules), avec le soutien du Haut Commissaire en charge de la relation algéro-française est organisé durant cette journée en marge des rencontres B to B qui verra la participation de plusieurs équipementiers de 1er rang et donneurs d’ordres nationaux et français. Un accès restreint aux participants sanctionnés par une somme de 300 euros hors taxes qui inclue deux rendez-vous B to B et l’accès au club du salon.

L’Algérie toujours attractive
En dépit des batailles rangées qui animent  la scène politique et économique actuelle, l’Algérie semble attractive, selon Alain Bentéjac, le président du CNCCEF, qui a énoncé ce qui suit durant sa toute récente visite   : « L’Algérie est un marché de 100 milliards de dollars. Il est évident qu’il intéresse les investisseurs ».

Du  » boulonnage » à la sous-traitance industrielle
Montage des  Mercedes-Daimler à Rouiba (camion PL)  et Tiaret (ex-Fatia), 4×4, Renault Oran ( Clio Symbol) en attendant le KWID seront probablement la locomotive qui incitera les équipementiers à investir en partenariat dans la sous-traitance industrielle. D’autres constructeurs ont aussi manifesté de l’intérêt, à l’exemple du chinois Faw. Il avait signé en novembre 2013 un protocole d’accord pour investir dans une usine d’assemblage de véhicules en Algérie. Les capacités de productions initiales seront de 10 000 unités annuelles. Cette capacité devrait passer à 30 000 unités annuelles à terme.
Renault étudie également la possibilité de l’ouverture d’une usine de production de pièces de rechange qui devrait se situer à Constantine. Le constructeur français  compte s’appuyer sur un sourcing local. Il a déjà désigné Joktal qui réalisera des pièces plastiques. Un autre fournisseur, Martal, vient d’être choisi pour les sièges. Si le sourcing local n’est aujourd’hui que de 17%, Renault et ses partenaires algériens comptent le porter rapidement à 42%.

Chiffres du marché automobile 

Algerie_ventes_vehicules_imagelarge

You may also like...

0 thoughts on “Equip auto Paris du 13 au17 octobre 2015 : L’Algérie pays à l’honneur”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

PUBLICITE

NOS ARCHIVES