Avenir automobile, le prix d’abord

L’actualité automobile est encore en berne après quelques mois de tourmente imposée par le nouveau cadre réglementaire instauré au dernier trimestre 2009, qui demande, semble-t-il beaucoup de temps à une bonne majorité des concessionnaires pour s’adapter. Dans ce numéro de la première quinzaine de mars, comme les précédents numéros, il est difficile de faire l’actualité des autos étant donné que les concessionnaires eux-mêmes sont préoccupés à se réorganiser en fonction du contexte actuel.
A quelque exception près qui ne représente pas évidemment tout le marché automobile, bien qu’il soit dans le top des meilleures ventes,les concessionnaires semblent tout de même plus armés d’abord pour défendre leur part de marché et gèrent mieux le contexte actuel jugé de crise par l’ensemble des opérateurs. Les préoccupations de l’heure semblent noyer les batailles sur les segments jusque-là négligés en faveur de ceux d’opportunité comme le Lowcost qui se vendait avec facilité.
Aujourd’hui, le duel acharné auquel on assiste entre Chevrolet et Renault et qui va entretenir l’image optimale du meilleur Lowcost au meilleur prix atteste de cette communication multi support qui affiche une maîtrise de la sensibilité du client aux prix, et illustre bien l’état de concurrence qui règne sur le marché en l’absence du crédit.
Les deux marques essayent de s’accaparer dans les meilleurs délais les clients au fort pouvoir d’achat et imposent l’image du meilleur prix du marché sans diminuer la leur. Dans le cas d’achat cash, le prix est plus que déterminant d’où cette sensibilité du client au plus offrant. Une marque non des moindres a dû ajourner une campagne de promos cadeaux sans effet sur le client, en faveur d’une remise de 100 000 DA plus impactant.
D’autres batailles vont ont aussi naître sur des segments supérieurs, puisqu’aujourd’hui un autre business va prospérer avec le contexte actuel qui défavorise le marché du particulier qui va être ou s’il ne l’est pas déjà réorienté vers l’occasion. Le secteur automobile avec ses pans entiers est touché par la nouvelle réglementation qui a entre autre bousculé celui de la pièce de rechange qui a ces temps-ci occupé les devants de la scène. Là aussi les filiales indépendantes (importateurs tous azimut) vont céder de fait la place à d’autres réseaux de constructeurs ou équipementiers, filiale de réparation qui vont arriver sur le marché qui auront la charge de l’importation de la pièce avec garantie. Le secteur automobile n’a pas encore livré tout son encadrement qui se met en place crescendo et là il ne faut pas s’étonner que d’ici peu, d’autres mesures plus rigides au vu de certains mais favorisera sûrement d’autres affaires qui vont tomber aussi comme un couperet, et là nous n’en dirons pas plus à ce sujet jusqu’au mois d’avril.

Karima Alilatene

You may also like...

0 thoughts on “Avenir automobile, le prix d’abord”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

PUBLICITE

NOS ARCHIVES