SUIVEZ NOUS

L’AUTOMARCHÉ

  • Le Falcon ne fait plus les affaires de Dassault 18 janvier 2020
    Alors que Dassault Aviation profite à plein de ses contrats à l’export dans le militaire, il fait grise mine dans le civil. Comme prévu, le groupe a livré 26 Rafale en 2019, contre 12 en 2018. Mais il n’a pas atteint son objectif dans le civil, avec seulement 40 avions d’affaires Falcon livrés, contre 41 en 2018, […]
  • [Chronique RH] Excel à l'hôpital ou quand le travail perd son sens 18 janvier 2020
    Il n'est pas nécessaire d'être un spécialiste de l'hôpital public et de son financement - un sujet ô combien complexe et technique - pour être saisi en voyant le témoignage filmé d'Agnès Hartmann, la cheffe du service de diabétologie de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. En quelques […] Lire l'article
  • La prime "Macron" 2020 fait pschitt 18 janvier 2020
    En 2019, les entreprises ont distribué 2,2 milliards d’euros de primes exceptionnelles. Une mesure décidée à la suite du mouvement des Gilets jaunes qui permettait de verser jusqu’à 1 000 euros d’une prime défiscalisée et désocialisée. En 2020, la prime est reconduite, mais conditionnée à la […] Lire l'article

Mazouz, un cas d’école !

m_cheboubSi on avait assisté ces dernières années à des changements venant des pouvoirs publics, comme les suppressions du crédit automobile et de l’importation des véhicules d’occas, l’introduction de la taxe sur le véhicule neuf… cette année, les manœuvres nous viennent des concessionnaires, même si cela se fait d’une manière assez tactique pour ne pas dire discrète.

Par contre, l’information ne suit pas, faute de l’implication de ceux qui sont censés la transmettre, elle est quasiment absente dans le fond. La routine écrase tout, au point de cacher la visibilité du marché. Pourtant, les choses bougent à l’intérieur… chez les concessionnaires. L’activité automobile est réduite à quelques lancements de nouveaux modèles, inaugurations de show-rooms et autres événements ponctuels, tels que les Khaymate du mois de Ramadhan. L’actualité est alors morose et on est passé à côté, en ratant l’essentiel. Pourtant, il existe des concessionnaires qui animent le marché et apportent leur contribution.

On se souvient tous de l’offre lancée par M. Mazouz, il y a de cela quelques années, avec le crédit à zéro pour cent d’intérêt, qui a soulevé un tollet. Certains lui avaient même prédit une déroute. Aujourd’hui, son idée est reprise par certains, à l’image d’Ival, aussi décrié pour avoir compris l’astuce. Cette technique de vente ne semble plus redoutée en cette nouvelle rentrée sociale, surtout à l’approche du Salon des véhicules industriels et utilitaires du mois d’octobre prochain ; bien au contraire, Diamal vient leur emboîter le pas avec sa marque DongFeng. Dans l’histoire, on vient d’assister à la création d’une école nommée Mazouz. Bonne rentrée à tous.

You may also like...

0 thoughts on “Mazouz, un cas d’école !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

PUBLICITE