L’impossible podium des ventes

Le marché des ventes concessionnaires a connu une progression fulgurante, les volumes mensuels réalis és de janvier au 31 juillet 2006 ont augmenté considérablement comparés à 2007. La moyenne des ventes mensuelles des trois exercices précé- dents (2004-2005-2006) est largement dépassée.

Notre regard se focalise surtout sur le top five des meilleures ventes, aussi bien en volume total que par segments. Hormis Hyundai, qui est dans sa moyenne mensuelle en dépit d’un léger recul comparé aux deux périodes dû au problème d’approvisionnement, le reste à l’exemple de Peugeot, Renault, Toyota et Chevrolet ont largement dépassé leur moyenne.
Par exemple Toyota-Algérie, qui a connu une hausse notable de vente dans la gamme Toyota, où son volume pour la même période en 2006 est passé de 12 022 ventes à 18 313 en 2007. En janvier 2007 il a battu tous les records mensuels de ventes avec 3 145 ventes contre seulement 1 718 en janvier 2006.
Même tendance pour Daihatsu qui fait partie du même groupe dont le volume de vente est passé de 2 336 à 3 070 unités écoulées ; idem pour les autre mois, il est loin de la moyenne habituelle. Au cumul pour les deux marques ces volumes sont passés de 14 358 à 21 383 comparés aux périodes suscitées. Pareil pour Peugeot et Renault qui enregistrent des différentiels constatés qui dépassent les 500 unités comparés mois par mois aux deux semestres 2006 et 2007.
Le hic n’est pas dans cette progression qui pourrait se justifier par la prise des parts de l’occasion par le marché du neuf, qui est celui des concessionnaires, ou même du redéploiement de certaines marques sur d’autres.
Le moins que l’on puisse dire au regard de ces statistiques fournis par le Cnis, qui représentent les véhicules dédouanés recensés sur la base de déclarations en douane faites par les concessionnaires auprès des services de cette institution et les ventes établies par lesdits concessionnaires déclarées à la presse, il y a lieu de constater en apparence comme l’indique ci-dessous le tableau que certains concessionnaires vendent plus qu’ils n’importent ! Ce qui est en soi impossible : certains nous diront que peut-être il s’agit du report des stocks de 2006 ; ce qui est difficile à vérifier puisque l’ordre des stocks avoisine quelquefois les 5 000 unités (cas de Renaut) ; ce qui est énorme, très coûteux et pas vraiment possible vu les délais de livraisons qui s’allongent sur des mois, enregistrés ici et là en 2006. Et puis aucun concessionnaire n’a fait allusion de cet état de stock à la fin de l’année dernière.
Un autre argument fallacieux et des moins probables a été avancé, ce différentiel pourrait bien être en entrepôt sous douane.

Comparatif des évolutions ventes et imports de janvier à juillet 2006/2007

 147-14-01

Dans ces conditions les véhicules ne sont pas dédouanés, donc ils n’apparaissent pas sur le tableau du Cnis, par conséquent même si cela est le cas, ces véhicules ne sont pas vendables, étant donné qu’ils ne sont pas acquittés en droit de douane. La question reste donc posée à celui qui voudra bien éclairer notre lanterne.
Parmi ces marques qui coiffent le marché ne disposant pas d’entrepôt sous douane où tout est systématiquement dédouané, du coup cela rend l’argument de l’entrepôt caduc, ainsi cela nous renvoie à un schéma de guerre des chiffres qui dure encore et ne connaîtra pas de fin transparente même sous les cieux de l’AC2A qui en a fait un de ces premiers objectifs.
Anoter qu’en dépit de ces constats qui méritent qu’on face toute la lumière pour plus de visibilité de qui domine réellement le marché, même si la croissance est au rendezvous et que celle-ci se confirme par les entrées, c’est à dire les importations. On retiendra que cette embellie du marché est due essentiellement à une demande croissante du marché de l’utilitaire VUL et surtout par des modèles qui ont connu un renouvellement en offre, et ont ainsi rencontré un franc succès au près de la clientèle. Chez Toyota, le modèle phare qui représente 70% de ces ventes reste dans le registre des VUL, il s’agit toujours du Hilux qui ne se laisse pas dominer par ces concurrents même s’il n’est plus la seule alternative de ce marché ; le petit camion Delta de Daihatsu représente aussi les 2/3 des ventes de cette marque qui appartient au même constructeur.
Renault, qui pointe derrière Toyota, s’est rendu plus visible depuis son introduction de l’offre Dacia ; la Logan ne cesse de trouver preneur et réalise des records qui dépassent les trois générations Clio qui cohabitent, à savoir Clio2 (3 145), Clio3 (2 250) et Clio Classic (5 588).
Peugeot, qui fut la marque qui se taillait la part du lion, arrive à peine à s’arroger la cinquième position derrière Chevrolet, qui se positionne en quatrième vendeur du marché, a réalisé de sacrés progrès en peu de temps ; Une faveur qu’il doit à son modèle phare, Aveo, qui a trouvé plus de neuf mille clients en ces sept mois, ce qui est en soit le record des ventes par segments dans le léger. OPTRA, qui se situe dans le segment des berlines moyennes, a pu aussi séduire environ 2 000 acquéreurs.
Au volet des marques label telles que Audi et Seat qui appartiennent à VW représentées par SOVAC qui totalisent 5 152 ventes ont fait de notables progressions avec la prestigieuse Audi (126) et l’espagnole Seat (155), qui sont dues à l’agressivité commerciale du représentant qui se démarque par les multiples grands événements, Salons, lancements, essais et investissements.
Le sixième importateur du marché, à savoir le groupe Elsecom qui comptabilise 9 marques, KIA incluse, continue de progresser avec l’indienne Maruti (6 333) ventes grâce aux trois variantes : 800, 1 000 et ALTO.
Il est secondé par la chinoise FAW, une nouvelle marque introduite en mars 2006 qui réalise, rien qu’avec sa micro citadine XIALI (prononcez chiali) 839 sur la période suscitée sur un total pour la marque de 1 143 véhicules vendus.
Outre ces progressions realisées par modèles, qui distinguent chacune des marques auxquelles ils appartiennent, le marché algérien automobile en 2007 dépassera le volume réalisé en 2006 avec de belles performances. Reste d’ici là à savoir qui dominera le marché ? On pourra dire que l’AC2A a du pain sur la planche.

K.A

You may also like...

0 thoughts on “L’impossible podium des ventes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

  • Les premières Peugeot made in Algérie dès 2019
    Après une longue attente le projet d’implanter une usine de montage à Oran à coté de son concurrent Renault Production (depuis 2014), verra le jour après la signature de l’accord pour créer une co-entreprise ...
  • Les utilitaires de l’année 2017
    Le nouveau fourgon de Peugeot affiche des lignes plus cubiques que son prédécesseur. Le nouveau venu de la marque au lion a été élu le van de l’année par le journal français l’argus. Six ...

PUBLICITE

NOS ARCHIVES