L’Algérien doit pouvoir disposer d’un véhicule de qualité à un tarif raisonnable

119-03-01

ACT est un concessionnaire multimarque qui fait beaucoup pour l’épanouissement du marché national de l’automobile. Des unités d’assemblage en opération, des véhicules à des tarifs exemption et un service pour le moins novateur sont autant d’atouts qui ont fait de cette entreprise du groupe Cevital un acteur important. Dans cette interview, M.Yacine Rebrab, directeur général, nous fait découvrir son entreprise, sa position sur le marché ainsi que ses objectifs pour l’avenir.

L’auto-marché : Pouvez-vous nous faire la présentation d’ACT ?

M. Yacine Rebrab : ACT est une entreprise fondée en mai 2004, spécialisée dans le multimarque conformément au modèle stop-shop, c’est-à-dire une seule adresse où l’on peut tout acheter. Comme nous faisons plusieurs marques à la fois, nous avons dégagé trois épartements. Un dédié aux véhicules de tourisme,l’autre aux utilitaires et le dernier aux engins des travaux publics.

Vous dites que vous faites dans le multimarque, peut-on o-aître les marques que vous représentez en ce moment ?

Il faut d’abord que vous sachiez que nous ne travaillons qu’avec des firmes dont la qualité des produits est vérifiée. Nous commercialisons depuis quelque temps déjà les produits de la marque Chana. Cette gamme se décline en trois catégories. La Mendosa est la version d’entrée de gamme. Ce sont des utilitaires conçus pour différentes tâches. La catégorie moye-e est appelée Barios. C’est une gamme où les outils de confort font leur introduction, à l’exemple de la climatisation, du kit électrique ainsi que d’autres équipements. Vient par la suite la déclinaison de luxe. Il s’agit du CM8, un utilitaire haut de gamme fabriqué en Allemagne doté d’une motorisation Suzuki. Dans les prochains jours nous allons a-oncer le début de la commercialisation d’une nouvelle marque versée dans les modèles tout-terrain et pick-up. Ce sont des modèles dotés d’un châssis et d’une cabine Mitsubishi et de motorisations Cummins qui, faut-il le rappeler, sont très appréciés des clients en Algérie. Nous faisons aussi du gros volume qui commence du 06 to-es et qui peut aller jusqu’à 60 to-es. Il y a, en outre, des camions Rok propres à ACT. Ces derniers ont été développés selon une étude réalisée selon les exigences de nos bureaux d’études. Ce sont des 2.5 T qui embarquent des moteurs Toyota et des cabines Isuzu. Ils sont disponibles dans la version be-e, frigo, containers, atelier et camions publicitaires.

Quel bilan faites-vous de l’exercice de l’année 2005 ?

Je crois que l’année 2005 a été une bo-e année commerciale pour nous. Au cours de cet exercice, ACT a réalisé une augmentation du chiffre d’affaires de l’ordre de 20 %.

Qu’en est-t-il des objectifs pour 2006 ?

En 2006 nous prévoyons d’augmenter davantage notre chiffre d’affaire. Nous comptons faire 7 000 véhicules de type City, 3 000 véhicules Chana, 1 000 camions type Rok et 50 engins. Avec tous ces chiffres, on prévoit une augmentation d’environ 50 % sur le chiffre d’affaire.

Vous intervenez dans un segment très concurrencé par les modèles de Chine. Quelle est votre approche pour prendre des parts de marché ?

D’abord, nous appartenons à un groupe (Cevital) crédible qui jouit d’une expérience professio-elle de plus de 30 années. Mais en dehors de cela, nous proposons des produits de qualité. Le service après-vente est pris en charge avec beaucoup de sérieux. Nous insistons aussi à ce que la pièce de rechange soit entièrement disponible au niveau de la structure centrale mais aussi à travers le territoire national. Avec tous ces atouts, les chalands auront vite fait leur choix et je crois que notre clientèle est rassurée sur ce point.

Comment a été la réaction du marché par rapport à vos produits ?

Sur ce point, l’on se réjouit de l’accueil réservé à nos produits. Vous savez, depuis nos débuts nous avons su nous adapter à la nature du client bien de chez nous. L’Algérien est très co-aisseur en matière de voitures. Quand il reco-aît un bon produit, il l’adopte. Ala condition que l’on sache le séduire par un accueil digne de lui et un traitement perso-alisé. Le même client peut être perdu à jamais s’il se sent mal pris en charge, à plus forte raison que le marché lui offre l’embarras du choix. Notre perso-el est jeune et plein de fraîcheur. Chez nous, le client est réellement roi.

Comptez-vous jouer les premiers rôles du moins dans le segment des chinoises ?

Parfaitement. Nous avons la ferme intention de jouer les premiers rôles. Nous avons notre plan d’action. Nous comptons figurer dans le podium des trois premiers pour cette année. Mais nous allons améliorer notre position de jour en jour. Nous avons des atouts qu’on ne manquera pas de faire valoir en temps opportun. L’un de nos points forts est le véhicule utilitaire dans toutes ses variantes et qui est proposé à des tarifs concurrentiels.

Justement, l’on croit savoir que prochainement vous allez mettre sur le marché un véhicule à un prix jamais vu. Qu’en est-il au juste ?

Vous voyez juste. En avril nous allons enrichir notre gamme d’un tout nouveau modèle d’utilitaire dont la mise à prix est de l’ordre de 350 000 dinars TTC. En hors taxes, il coûte 299 000 DA. C’est un utilitaire à deux places avec plateau.

Depuis peu de temps ACT s’est également lancée dans le montage. Qu’est-ce que vous assemblez au juste et à quel rythme ?

Pour le moment, nous assemblons des remorques de tous types à raison de quatre unités par jour. Notre objectif est d’atteindre le rythme de 09 remorques par jour. Nous enregistrons beaucoup de commandes sur ces produits. Nous satisfaisons les demandes en 48h00 de temps.

Des bus aussi en perspective ?

En février prochain, la presse sera invitée à venir découvrir nos produits. Cela est le fruit d’un partenariat avec le plus grand carrossier de l’Amérique du Sud. Je ne peux rien vous dire de plus pour le moment.

Vous mettez sur le marché une citadine avec un rapport équipement qualité-prix exceptio-el. Quel est votre secret ?

En effet, la City et la City-sport sont des véhicules bourrés d’équipements proposés à un tarif exceptio-el. En réalité, nous ne gagnons rien sur ces produits, nous voulons juste nous positio-er. L’Algérien doit pouvoir disposer d’un véhicule de qualité à un coût abordable.La sécurité est aussi de mise. C’est pourquoi l’ABS est disponible sur les modèles.

Quel est la situation de votre réseau ?

Nous sommes à 20 agents agréés à travers le territoire national. Ala fin de l’année, nous aurons 30 représentants qui assureront tous les services en rapport. Des nouvelles a-exes vont ouvrir à Zéralda et Boumerdès.

Une i-ovation dans le service ?

Oui, il s’agit du Fast-Line. C’est un service de dépa-age qui sera lancé en mars prochain. Il propose un dépa-age sur site par le biais du téléphone. Pour ce faire, nous comptons mettre 05 camions ateliers dans le territoire de la wilaya d’Alger et 02 dans chacune des autres wilayas du pays.

Entretien réalisé par Nabil M.

You may also like...

0 thoughts on “L’Algérien doit pouvoir disposer d’un véhicule de qualité à un tarif raisonnable”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

PUBLICITE

NOS ARCHIVES