PUBLICITE

SUIVEZ NOUS

EQUIP AUTO

L’AUTOMARCHÉ

Care offre une tribune à la présidente de l’ Upiam : Contrat industriel et filière déjà au menu

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans le cadre de la mise en place de  la filière automobile,  plusieurs organismes comme les bourses de sous-traitances industrielle (BSTP) et L’Union Nationale Professionnelle de L’Industrie Automobile et Mécanique( l’Upiam )s’activent pour accompagner la politique engagée par le gouvernement , en appuie au développement de l’intégration locale soit  par de nouveaux investissements ou mise à niveau du réseau de Pme de sous-traitant existant  qui a gravité autour de l’ancien société industrielle SNVI et  la société de production de Poids lourds Sappl Mercedes Benz. A noter,  Latifa TURKI LIOT, présidente L’Union Nationale Professionnelle de L’Industrie Automobile et Mécanique, depuis 2017,  était mercredi 28novembre , l’ invitée au débat de la matinale du Cercle et de réflexion Care , pour développer à une assistance triée au volet composée de personnalités du corps diplomatique, de OG, des porteurs d’affaires et autres experts , auxquels, elle avait exposé les actions  entreprises par son organisation , depuis qu’elle a été élue en 2017 , afin de mettre son expertise dans le domaine de l’engineering des affaires pour booster notamment  le dossier de la sous-traitance industrielle mécanique, en qualité d’ intermédiaire entre pouvoirs publics, donneurs et receveurs d’ordre.

Le think thank   Care participe au débat public et offre ainsi une tribune à la  nouvelle présidente de l ‘Upiam iconviée à répondre du moins  aux attentes  clé et surtout  éclaircir la lanterne d’ éventuel  nouveaux investisseurs ou même industriel en attente de passer au rang 1,  sur le comment , les pouvoirs publics organise ce business de « l’ intégration locale, »  une « demande légitime » estime la communicante qui peut à terme  constituer un business modèle de croissance industrielle en Algérie.

L ‘invite est  aussi conviée à répondre à un panel de questions modéré par l ‘Avocat  VP Hind Benmiloud , à savoir d’ abord ,  Qu’est-ce qu’on entend par une « Intégration Locale » ; « Part Locale » , en effet, il y a lieu de retenir de cette  communication  didactique articulée autour de trois point , la filière automobile, contrat industriel pour ceux  engagés avec les étranger en JV ou autre partenariat et enfin contrat de filière, ce dernier point a constitué une des priorités sur laquelle a fortement travaillé l’Upiam. Il a fait objet,  précise t elle à  l’assistance, de la 2ème édition des assises de l’Industrie Automobile et Véhicules organisées par l’UPIAM  qui s’est tenu à Sétif le 26 Novembre 2018.

Care a offert sa tribune à l ‘Upiam pour promouvoir l’option portée par cette  organisation professionnelle , qui probablement jouera un rôle clé  dans le développement de l’intégration locale sur du moins  des filières prioritaires , mais , pour se faire , il faudra selon Latifa TURKI,  créer des comités de filières  mixtes composé de groupe de travail pluriannuel ,  qui ne seront pas forcément exclusivement de haut fonctionnaires du ministère de l industrie mais devrait intégrer  des membres de l’UPIAM et autres experts œuvrant dans le secteur d’activité, des représentants des donneurs d’ordres”, indique t -elle .

Avant de détailler , elle est revenue sur l’organisation mondial de la filière automobile et de la relation très hiérarchisée régissant le  constructeurs en sa qualité de donneurs d’ordre et des équipementiers en qualité de sous-traitants, qui constitue cette écosystème de la filière automobile globalisée mue dans un environnement des plus compétitif ; et surfe sur un état   des lieux du cas ou du devenir de cette filières industrie  automobile en Algérie, depuis la société nationale des véhicules industriels qui avait construit autour d’ elle tout un écosystème de sous-traitants , en passant par Sappl ( complexe Mercedes avec l’armée ) , à Renault production et ensuite  tous les autres  concessionnaires automobile contraint  par le cahier des charges d ‘investir dans l ‘assemblages des véhicules, mais aussi, engagés dans un processus d ‘intégration.

Comment parvenir à développer cette intégration?. La réponse selon le prisme de  l’ Upiam est d’aller vers  un contrat de filière, portant sur plusieurs clauses entre autres les plus importantes ,c ’est définir les filières prioritaires à investir et surtout créer une banque de projets , et là , elle met en avant le rôle du dialogue permanent avec les pouvoirs publics à fin de définir une vision claire de ce qui est la partie locale à intégrer. Mais, apriori,  la priorité de la filière plasturgie et Caoutchouc s’imposera au regard de  la matière plastique utilisée à hauteur de plus de 30% dans l’industrie automobile en 2018,  contre seulement 17% en 2011 a mis en exergue la  communicante dans ses planches.

En attendant , il faudra que les constructeurs qui disposent  de 4ou 5  ans  voire plus  pour développer cet ecosystème de sous-traitant,  imposé par l’arsenale juridique qui l’oblige à atteindre un taux de 40% d’intégration  locale mais  soutenu par l’article 110 de lfc 2017, pour la partie  avantage financier.  Le  challenge, des Pme  existantes ou nouvel investissement est de pouvoir faire partie du  panel,  qui  rappelons-le   est exclusivement réservé  au  domaine du  constructeur , d’agréer  ou pas dans son rang un sous-traitant, ensuite penser le contrat industriel.

You may also like...

0 thoughts on “Care offre une tribune à la présidente de l’ Upiam : Contrat industriel et filière déjà au menu”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

PUBLICITE