Je rejoins le groupe et je garde Hyundai

179-02-01

Après avoir propulsé la marque automobile coréenne Hyundai en Algérie, Omar Rebrab se voit confier une autre mission dans le groupe Cevital. En réalité, Omar Rebrab ne quitte pas H.M.A. Elle demeure toujours sous sa coupe, elle fait partie de l’ensemble des autres activités dont il a héritées pour leur donner une dimension aussi importante que la distribution automobile. Il est fraîchement installé à la tête du pôle services qui englobe Volvo, ACT’S, Samsung, Hyundai et une entreprise de construction du groupe. Cependant avant de rejoindre sa base au niveau de la Tour Cevital, un nouveau directeur général, en l’occurrence, M. Paolo Bossi, a été nommé pour reprendre le flambeau et surtout de maintenir la marque coréenne à la tête des meilleures ventes; certes, cela demeure un vrai challenge pour la recrue, mais pas pour Omar Rebrab qui compte plutôt sur M. Bossi d’améliorer l’ensemble des services qu’offre actuellement H.M.A., le service après-vente, la pièce de rechange et surtout le réseau. Selon l’ancien Boss de Hyundai, il est clair qu’aujourd’hui des données sont tout autres. La concurrence réside sur d’autres plans. L’Auto-marché ne veut pas rater, l’occasion de s’entretenir avec cet homme qu’il a suivi depuis ses premiers pas dans le monde automobile et a voulu connaître son impression et sentiment de quitter « un bébé » qu’il a bercé pendant plus de dix ans; M. Omar Rebrab ne semble pas pour autant couper contact ou l‰cher à mi-chemin sa marque préférée; il aura toujours un Ïil sur Hyundai, nous dit-il, car il est toujours sous sa coupe, c’est simplement la nouvelle organisation du groupe Cevital qui a imposé cette nouvelle mission qu’il compte mener à bon port; écoutons-le :

 

L’Auto-marché. : Depuis quelques mois, on annonce votre départ de HMA pour réellement occuper votre fonction de vice-président du groupe Cevital; l’installation du nouveau DG le 15 du mois de mai, confirme-t-il cela ?
Omar Rebrab : Oui, mon départ de Hyundai s’est inscrit dans le cadre de notre réorganisation au niveau du groupe qui fonctionne comme un holding. Dans le nouvel organigramme, il y a le CEO et tout autour il y a des pôles d’activités. Me concernant, j’aurai en charge le pôle des services, qui englobent Hyundai, Act’s, Volvo, Samsung et une société de construction du groupe. Chaque structure est dotée d’un directeur général. Donc ma nouvelle mission est en quelque sorte de veiller sur cet ensemble.

Apres s’être imposé sur le marché automobile comme leader avec quatre sacres, vous quittez une entreprise que vous avez tant bercée. On se pose la question de savoir, est-ce que votre activité de distribution automobile devient secondaire dans le groupe qui s’intéresse aujourd’hui à d’autres grands projets ?
Non pas du tout ; il est vrai que j’ai passé plus de dix ans à la tête de HMA, Hyundai fut une marque méconnue dans un marché traditionnel que j’ai porté dans un contexte très difficile sur le piédestal. Quatre années consécutives leader du marché. Depuis 2003, je n’ai pas cessé de challenger avec les grandes marques comme Renault et Toyota avant de m’emparer de la pole position du marché.
Aujourd’hui, Hyundai est une marque très appréciée sur le marché, l’entreprise est bien structurée, bien qu’il y ait des manquements qu’il faudra pallier. Donc le nouveau DG aura à gérer une équipe et des objectifs à réaliser. Avec le nouvel organigramme qu’on s’est imposé dans le groupe, celui-ci va me permettre de mieux affiner ma stratégie sur l’ensemble des sociétés de service que j’aurai à réajuster au fur et à mesure en fonction des besoins et de l’environnement. Mon départ de Hyundai n’exprime qu’un simple retrait de la gestion du quotidien d’une entreprise. Quant au deuxième volet de votre question, l’automobile reste un des pôles importants du groupe, que ce soit avec les marques Volvo pour les engins, Hyundai (pour le léger, les poids lourds ou engins) ou Act’s (bus camions lourds ou remorques).

Le nouveau DG est étranger à l’entreprise, est-ce que c’est cela son avantage pour vous remplacer ?
Il n’est peut-être pas issu d’une promotion mais il n’est pas étranger à Hyundai. Il a travaillé chez des marques européennes et le dernier poste en date qu’il a occupé est chez Hyundai en Allemagne. Ce qui est en soi un avantage. Et puis Paolo Bossi hérite d’une entreprise bien structurée et aura dans cette nouvelle mission à améliorer des choses en interne. En somme, il va apporter du sang neuf et de nouvelles idées.

Est-ce que cela suffit-il pour maintenir Hyundai au peloton des meilleures ventes du marché tenant compte des toutes dernières restrictions du marché
Nous avons pensé à cela, Paolo Bossi a évolué dans le domaine automobile, comme je vous l’ai dit plus haut, il connaît les coréens, donc il n’aura pas de temps d’adaptation. Pour votre info, il a déjà effectué son premier déplacement en Corée pour recevoir les deux oscars destinés à HMA pour ses performances en 2008 en tant que meilleur vendeur de léger en Afrique et le second oscar pour être meilleur vendeur au Moyen-Orient et en Afrique pour les engins TP. Evidemment, il y a un temps d’accompagnement. Le temps nécessaire qu’il prenne connaissance de tout l’environnement dans lequel évolue l’entreprise. Cela a marché avec Volvo et Samsung dont les directeurs généraux respectifs qui ont carte blanche, il n’y a pas de raison pour que cela ne marche pas avec Hyundai. Et puis il sera épaulé par trois nouveaux directeurs commerciaux et un autre directeur technique.

Et Europcar dans le pôle?
Je crois que c’est une entreprise qu’on va mettre en veille. Pour l’instant, l’enseigne n’a pas été d’un apport pour notre activité de loueur. Des royalties sont reversées sans bénéficier d’un portefeuille client d’Europcar. Pour l’instant, on pense nous en séparer.

On revient à l’exercice en cours, au rythme des ventes, on se pose la question de ce qui a fait que Hyundai peut reculer ainsi alors que d’autres à l’exemple de Renault, ont récupéré.
Il y a deux raisons à cela, tout d’abord Renault a renouvelé sa gamme dans le segment de l’Accent et propose un produit attractif, nous en revanche sur ce segment nous n’avons pas pu avoir l’Accent intermédiaire, ce qui aurait pu donner un nouveau souffle à l’Accent.
La New Accent a encore du mal à reprendre le flambeau compte tenu de son prix. Sur le marché, ce sont les nouveautés qui boostent les ventes. Prenons la i10 qu’on a introduite l’année dernière, elle a tout de suite pris de l’envol puisque son prix s’accorde avec la demande.

Vous aviez réputation de vendre moins cher, aujourd’hui on constate que des modèles sont imbattables au niveau prix au point où tout le monde pense tout bas que certains pratiquent du dumping ?
Nous avons fait le même constat, puisqu’ on suit l’évolution des marques et les produits concurrents à nos modèles. En effet, on atteste qu’il y a certains prix pratiqués qui plombent les plus avertis.

Avec la nouvelle taxe qui risque de doubler, 2009 ne risque-t-elle pas d’être une année sombre pour Hyundai ?
Le mois de juillet sera un excellent mois pour nous, nous allons le clôturer à plus 5 000 unités. Il ne faut pas vraiment tenir compte du mois de juin où nous n’avons réalisé que 1 962 unités. Le recul du mois passé est dû en partie à l’histoire de carte grise provisoire et au manque de produits. Sinon le mois de juillet, nous allons recevoir quatre arrivages à la fois avant la fin du mois. Au mois d’août, nous nous attendons à une autre hausse de ventes, car nous allons lancer un produit très attractif concernant deux de nos modèles qui vont défier toute concurrence.

En évoquant la taxe justement, à combien s’est chiffrée la taxe imposée à l’achat d’un véhicule neuf reversé par Hyundai ?
Je n’ai pas le chiffre en tête, mais si nous faisons un calcul approximatif sur une moyenne de 70 000 DA, vous constaterez que c’est une somme astronomique : du mois d’ août 2008 à fin juin 2009, ce sont environ 25 milliards de centimes, si ce n’est pas plus, puisque sur certains modèles, celle-ci est supérieure à 70 000 DA.

Si en plus la rumeur vient à se confirmer, comment est-ce que vous voyez la fin de l’exercice 2009 ? Ne pensez-vous pas que vous n’allez pas atteindre le chiffre que vous avez avancé ?
Oui, nos prévisions ont été peu élevées, comparées aux événements qui ont surgi, le crédit presque inaccessible, le recul du Salon etc. En dépit de cela, Je pense qu’on peut clôturer l’année entre 38 000 et 40 000 unités. Et puis il ne faut pas écarter qu’on n’a pas été épargné par la décru du marché mondial. Le manque de financement automobile est un des premiers effets de cette crise.

Dernière question, quoi de neuf pour le Salon de l’automobile d’Alger 2009, un nouveau stand, des nouveautés…
Compte tenu du recul de la date de la tenue du Salon qui ne s’est pas précisé plus tôt, je pense qu’on va apporter juste quelques modifications au stand mais en termes de nouveautés, le public aura le loisir de découvrir le haut de gamme de Hyundai comme la Genisis, et autre Equus dotés d’un moteur 3.8 l de 290 ch et 4.6 V8 366 ch. Ce sera l’occasion aussi pour nous d’introduire la I20 dans le segment des polyvalentes.

Karima .A.

You may also like...

0 thoughts on “Je rejoins le groupe et je garde Hyundai”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

PUBLICITE

NOS ARCHIVES