L’Algérie, nouvel Eldorado de l’automobile

114-01-05 On assiste en ce début d’année marqué par le durcissement des conditions d’octroi des crédits autos alloués par des banques françaises à une grande affluence de grands et petits constructeurs sur le marché algérien.
En dépit des effets de la crise financière mondiale annoncée pour le second semestre 2009 par les professionnels automobiles, celui-ci suscite de plus en plus l’intérêt de tous les constructeurs. Il y a véritablement engouement que certains trouveront à redire, qu’on se prend facilement pour le nombril du monde vu la petitesse de la taille du marché algérien qui fait partie du reste du monde auquel nous appartenons. A ceux-là, nous répondons d’emblée que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.
En effet, après l’annonce de Chrysler-Dodge et Jeep, c’est au tour de Giant Motors de lancer une autre marque chinoise sous sa bannière et qui compte déjà trois autres de la même destination. Pendant ce temps, d’autres se préparent; et là, nous vous réservons la primeur dans la prochaine livraison. Mais à en croire certaines déclarations enregistrées au dernier trimestre 2008 des bien planqués du marché, celui-ci allait tirer le frein à main en 2009. Mais vu les statistiques des ventes de ces derniers, de janvier et février, le recul attendu n’a pas eu lieu et mieux que cela, pour continuer dans les contradictions constatées ici et là, les prévisions ont été revues à la hausse dans le haut du peloton des meilleures ventes du marché.
Concrètement, dans ce micmac de déclaration contradictoire et intentionnelle, aucun n’est supposé s’y aventurer sur le marché, mais ce n’est pas le cas. Au contraire, c’est la bousculade au portillon et c’est vraiment le cas de le dire, et en plus le marché du haut de gamme commence à prospérer dans un marché qui a connu des développements sectoriels : les marques du groupe VW comme AUDI, et ces autres concurrentes Bmw et Mercedes ont connu une ascension fulgurante.
Si les ventes ont baissé chez les plus importants fournisseurs du marché comme Chevrolet, Renault ou Hyundai, cela n’est pas dû au simple effet de la crise financière, les raisons qui plaident pour cela sont aussi à puiser dans l’ascension de certaines marques qui leur prennent des parts de marché comme Kia et autre Nissan pour ne citer que ces deux qui ont triplé leur volume.
Les petites bourses qui sont censées acheter à crédit et qui font le gros chez ces fournisseurs commencent à se rabattre sur l’alternative chinoise ou chez le concessionnaire le plus agressif qui propose les crédits gratuits ou simplement des offres très concurrentielles.

K.A.

You may also like...

0 thoughts on “L’Algérie, nouvel Eldorado de l’automobile”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

PUBLICITE

NOS ARCHIVES