Dans la cour des Crossover

146-04-01

Notre envoyé spécial à Santiago de Compostela (Espagne), Mourad CHEBOUB

« C’est un vrai tout chemin, contrairement aux autres qui n’ont que l’apparence ». Cette expression forte de sens a été lancée par Wolfram Thomas, vice-président de production chez Seat, lors de la conférence de presse qui s’est tenue en fin de journée, après les essais de la toute nouvelle Altea freetrack.

Par cette déclaration, et les différentes interventions des responsables de Seat, on comprend aisément l’ambition réelle qu’ils affichent pour placer ce nouveau-né dans la cour des Crossover. Altea freetrack, est venu aussi, selon le même conférencier, pour ouvrir la voie à la marque de gagner plus de terrain, avant d’ajouter : “puisqu’on dégagera pas moins de 4,5 millions d’euros d’investissement à l’avenir”.
Ainsi, Altea freetrack est venue inaugurer une nouvelle ère, un modèle repris à la base sur l’Altea XL avec des éléments supplémentaires qui lui procurent un esthétisme et aussi une certaine robustesse pour une protection aux différents obstacles qu’il risque de rencontrer quand il est soumis à des conditions extrêmes, dans des pistes hors asphalte. L’Altea freetrack, déjà à première vue dégage une image de confiance. Les essais effectués sur les routes et chemins rocailleux et le passage dans les villes espagnoles, le véhicule, n’a pas trahi sa conception et son dynamisme et l’habituelle sécurité qu’offre Seat. Son caractère tout chemin n’empêche pas une facilité de conduite qu’on retrouve dans un véhicule compact, son comportement dans les virages appuyés renseigne sur l’efficacité de sa structure, qu’on ne retrouve pas forcement dans ce genre de segments avec une carrosserie élevée. Le constructeur, même s’il a accusé un retard pour mettre sur le marché sa version 4×4, par rapport à la concurrence, cela ne présente aucun handicap, Seat a su donné un maximum à ce segment de Croossover en alliant l’agressivité tant à l’extérieur qu’a l’intérieur ; sur ce dernier volet, on est vite attiré par la double tonalité de la couleur de son tableau de bord, de son volant et ses portières, agréable pour les yeux. Le confort est assuré par la configuration des sièges qui permettent d’avoir un parfait maintient latéral du corps et qui lui donne ce caractère sportif.

Les passagers arrières ne sont pas en reste pour une habitabilité parfaite et une flexibilité exceptionnelle, car les sièges peuvent se déplacer longitudinalement jusqu’à 16 cm, libérant ainsi de l’espace pour les jambes, sans toutefois faire perdre de l’importance au volume du coffre. En rabattant la banquette arrière, la capacité peut atteindre 1 562 litres. Le nouveau modèle espagnol du groupe VWse positionnera, à coup sûr, par rapport à ses rivaux et cela pour au moins une raison : ses performances de voiture de sport avec une gamme de motorisations du moment, donc de lancement, qui sont, 2.0TDI de 170 ch., avec filtre à particule qui incorpore le système diesel à injection directe et le 2.0 TSI de 200 ch. quatre cylindres. Il est doté d’une suralimentation par turbo intégré au collecteur d’échappement et d’un système de distribution variable, continu en admission et en recirculation interne des gaz d’échappement. Ces deux moteurs sont chacun associé à une boîte de changement de vitesses manuelle à six rapports. Il est aussi prévu pour le mois de septembre prochain le lancement d’une autre version en 4×2, 140 ch.

 146-04-02 146-04-03 146-04-06 146-04-07

L’Altea freettrack a été pensée pour une clientèle exigeante habituée au 4×4 qui ne fait pas douter de sa sécurité pour s’enfoncer dans les chemins les plus accidentés et difficiles, elle a été conçue naturellement pour différentes épreuves. Les éléments qui la constituent, tels que les protections en matière plastique qui préservent les côtés du véhicule et les passages de roues, lui évitent tout endommagement de la carrosserie. L’autre argument, c’est ses pneus de 225 /50 montés sur des jantes 17 pouces à cinq branches, et une garde au sol assez importante de 40 mm de plus que l’Altea XL.

Même si elle n’est pas encore commercialisé en Algérie, le prix des différentes motorisations pour l’Europe est déjà connu : 2.0 TSI est de 29 900 euros, le 2.0 TDI à 29 500 et la prochaine version 4×2 est annoncée à 26 500 euros.

M..C

Caractéristiques technique 2.0TSI 200 ch. (147 KW) 4WD 2.0TDI 170 ch. (125 KW) 4WD
Moteur
Type 4 cylindres – 16s
Cylindrée en cm3 1.984 1.968
Puissance maximale (Ch/KWà tr/mn) 200/147/5100 170/125/4200
Couple maximum (Nm/rpm) 280/1800-5000 350/1800
Alimentation Injection directe Injection directe à injecteur-pompe,
turbocompresseur et intercooler
Carburant Essence sans plomb,98/95 NO Gazole
Performences
Vitesse maximale (Km/h) 214 204
Accélération 0-100km/h (s) 7,5 8,7
Reprise 80-120 km/h en V(s) 8,8 9,8
Reprise 80-120 km/h en VI(s) 11,1 12,6
1000 m départ arrêté (s) 28,3 30,2
Consommation
Cycle urbain (1/100 km) 12,8 8,5
Cycle extra-urbain (1/100 km) 7,4 5,7
Cycle mixte(1/100 km) 9,4 6,8
Emissions CO2 Cyvle mixte (g/km) 223 179

You may also like...

0 thoughts on “Dans la cour des Crossover”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

  • BAIC se convertira à l’électrique en 2025
    Le constructeur automobile chinois BAIC Motor annonce son objectif à l’horizon 2025 l’arrêt de production et de vente des voiture essence et diesel, rapporte mardi le journal China Daily. Une annonce qui correspond à ...
  • Les batterie lithium-ion rapporterait 18,78M€ à Panasonic en 2022
    Toyota Motor et Panasonic ont annoncé mercredi envisager le développement conjoint de batteries pour des véhicules électriques (VE), un partenariat qui pourrait aider Panasonic à accroître son avance sur le marché des batteries lithium-ion. ...

PUBLICITE

NOS ARCHIVES