Problème du Dci… C’est la faute au carburant algérien !

125-03-04

“Au moment où le Dci connaît un succès mondial, il est pour le moins incompréhensible qu’il ne l’ait pas en Algérie…” Par cette phrase lu dans un entretien paru dans un quotidien national le mercredi 31 mai 2006, le patron de Renault-Algérie, StephanGaloustian, veut faire admette à tous que c’est seul chez nous, dans notre pays, où ce moteur (Dci) n’apas marché, et la cause selon lui, il la justifie “…Je ne reviendrais pas, par ailleurs, sur la qualité du carburant que tous lesconducteurs automobiles présents en Algérie ont soulevé à maintes reprises, pour les préjudices techniques causés sur les véhicules …”

Deux “Unes” auxquelles Renault-Algérie n’a jamais donné d’explication. La première concernant la Mégane II et son moteur Dci, la seconde et celle de Dacia Logan qui a fait des tonneaux lors deses essais d’évitement (août 2005).

Ce que S. Galoustian ne dit pas ou peut-être ne sait pas, puisqu’il est fraîchement installé à la tête de la représentation de la marque au losange, c’est que Renault Algérie n’a jamais décrié ni mis en cause la qualité du carburant, lorsqu’au mois d’août 2003, un client qui a acquis une Mégane II flambant neuf est tombé en panne quelques jours après pour cause de ce moteur Dci. Le malheureux client s’est vu même refusé la réparation, vu qu’elle est toujours sous garantie. C’est avec des menaces et son sit-in au niveau de la direction générale que cet Algérien s’est fait entendre. L’auto-marché en a fait la Une le mois de septembre 2003. Une autre affaire qui a concerné ce même moteur, publiée au mois de février 2003 dans le quotidien El Watan, n’a pas connu elle aussi de réponse de la part des représentants de la marque au losange. M. Galoustian croit remédier au problème et rétablir l’image de ce Dci par une mission précise “ la communication et le marketing”. Sur ce point, on est totalement sur la même longueur d’ondes, et nouspourrons espérer que Renault Algérie s’ouvre et affiche une transparence réelle sur les produits qu’il commercialise, cependant rien n’est juste, car rien n’indique ni ne montrecette volonté. Renault Algérie refuse de répondre à nos questions comme il l’a aussi fait pour Dacia Logan qui a connu des échecs en Allemagne et en France lors des tests d’évitement où le véhicule a fait des tonneaux et a été classé par le club ADAC et L’auto journal comme véhicule moins sûr, et là aussi notre journal en a fait la Une en août 2005. Vous l’aurez remarqué de vous même entre 2003 et 2006, Renault n’a à aucun moment fait le moindre communiqué de presse pour expliquer les différentes défections ou autres problèmes sur le système d’injection pour rassurer la clientèle algérienne. Ce mépris affiché lui a été fatal en perdant des parts de marché et sa position de leader. Dans le même entretien accordé à notre confrère, le patron de Renault Algérie se dit confiant en précisant “que depuis quelques mois, ce problème n’est plus d’actualité…” Encore une erreur, car dans le classement des meilleures ventes, aucun modèle Renault n’est classé dans le top 5.  Pour la qualité du carburant, le ministère de l’Energie et des Mines avait déjà réagi par le passé, quand un concessionnaire, lors d’une conférence de presse, avait fait la même déclaration.

Thissas C.

You may also like...

0 thoughts on “Problème du Dci… C’est la faute au carburant algérien !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

PUBLICITE

PUBLICITE

NOS ARCHIVES